23eme jour  (ven 02 juin)

On se lève vers 8h pour aller déjeuner au restaurant de l’hôtel.

Hier comme j’ai trouvé une soupe miso MM je l’ai emporte avec moi :p

Il y avait de la soupe miso à disposition mais j’ai trouver de l’eau chaude et donc préparer moi même.

Le reste du déjeuner est un mixte de japonais / occidentale 

Il y a des onigiri (aromatisé aux herbes) des boulettes, de la salade de choux et de pomme de terre … et des toast mais avec de la margarines …

Je parle même pas du café :/

M’enfin rêve de plaisanterie il est l’heure de partir un peu en ballade.

je n’ai pas eu ma d’une la veille mais xellos matin je veux ma plage !

J’ai repéré qu’il me faut prendre un petit train puis marche un peu pour aller le long de la côte.

Le train ne semble passer que une fois toutes les heures et c’est dans l’esprit petite station, il y a un quai et une cabane qui fait office de gare avec les horaires et un distributeur de boisson ^^

En attendant le train un japonais engage la discutions et cela va durer jusqu a mon arrêt. Une bonne demi-heure centre sur le tourisme.

De la gare je suis la route perpendiculaire jusqu’à la plage, entrecoupé d’habitations et de champs de riz.

En arrivant au bord de la côte la végétations est composée de sapins et d’herbes haute avec quelques plantes grasses font j’ignore le nom mais je vois surtout le sable et la mer.

Hormis une ou deux personnes qui vont promener leur chien je ne vais pas voir quasiment ombre qui vivent le long de la plage.

L’air marin est vraiment une sensation très agréable.

Je vais passer près de 1h30 à longer la plage puis il est temps de revenir à l’hôtel. 

Le retour est plus long car la station la plus proche est plus lointaine.

Quand j’arrive Elsy est revenue de son trip et on part déjeuner avant d’aller faire un tour au goods du concert du jour à Yonago : les C-ute !

C’est la même salle que SCANDAL et elle ne m’avait pas laisser un grand souvenir mais j’avais un numéro super loin à l’époque.

En arrivant les fans sont tous groupé au milieu de la petite place, un fan à mis un genre de stand ou il distribué des track et de la musique des C-ute.

On discute avec un fan qu’on croise partout puis c’est la queue qui se forme. Je prend les photos de Nakki et du groupe, c’est drôle car j’ai demandé la nakki en premier puis la vendeur ma proposer les autres automatiquement. Comme au  Kobushi c’était une excellente vendeuse ^^

Nos goods récupéré on repasse à l’hôtel qui est tout proche pour nous changer et déposer tout le superflu.

Comme on a même un peu d’avance on bulle et c’est le moment de retourner faire la queue.

La place à côté de la salle sert maintenant à former les ligne par groupe de 50.

On se retrouve moi est Elsy au milieu de la salle, la vue est meilleur que mon souvenir.

En plus les C-ute vont utiliser les plots assez souvent, quel vue fantastique :3

La Setlist était excellente : dance de bakoon l’entrée !, massara blue jeans, as one, disco queen, the treasure box, kiss me aishiteru et d’autre vieux titres pour finir au rappel sur JUMP :3

Les MC était fun, une Maimai qui a radicalement changé depuis novembre dernier ou elle était en roue libre mais du genre je m’en foutiste à taquine et malicieuse en rigolant avec les membres et le publique.

Et Nakki contrairement à la majorité des live n’avait pas le regards dans le vide en chantant ou durant les mc, c’était vraiment beau T_T

Pour le moment c’est le naruchika le plus intense que j’ai eu avec les C-ute.

En sortant comme d’habitude on a un petit handcheck, j’ai pas innové des masse en leur disant « merci » en français et Maimi et Nakki m’ont parfaitement répondu en retour avec un « merci beaucoup ».

On a fini enfin la soirée en allant dîner.  On a croiser quelques fans qui nous on salué et un qui était dans notre hôtel avec qui ont à échanger deux mots dans l’ascenseur. A priori venir de France est gage de qualité chez les fans de C-ute ^^

Sailor Zombie

Cela fait longtemps que je ne vous avais pas parlé de drama et des AKB48, nous allons réparer ce petit contre-temps 😀

rqNsv

Sailor Zombie (セーラーゾンビ) est un drama qui vient tout juste d’être diffusé au Japon depuis le 18 avril. Il comporte 12 épisodes et nous narre l’histoire de jeunes lycéennes essayant de survivre dans monde envahit par les Zombies avec au casting plusieurs membres des AKB48.

Les films ou les drama mettant en scène des Zombies est relativement courant au Japon, à tel point que dans le drama on ne connais même pas la cause de cette « invasion ».

Comme Majisuka Gakuen, ce drama à été l’occasion pour moi de découvrir mieux quelques membres car hormis Kawaei Rina, je ne connaissais pas vraiment les autres.

Le personnage centrale est joué par Owada Nana (Maiko) qui est un peu archétype de la japonaise, souriante, sympa, consensuelle et polie avec une bonne bouille et quelques petits complexe.

Juri (Mutsumi) et Nana (Maiko)

Juri (Mutsumi) et Nana (Maiko)

Elle va se lier d’amitié dès le début avec le personnage joué par Takahashi Juri (Mutsumi) qui prends un certains plaisir/habileté à tuer les zombies mais avec une attitude nonchalante. Elle me rappel pas mal MioMio des Passpo avec ses 2 queues de cheval, a ne pas en douter mon personnage préféré.

Dans les rôles clefs nous retrouvons donc Kawaei Rina (Momoka), qui à été dernièrement à la une des actualités pour avoir été agressée durant un event de handcheck par un détraqué en compagnie de Iriyama Anna, dans le rôle de la petite « peste ».

tumblr_n74hkgp16r1txsiapo5_1280

L’atmosphère du drama oscille toujours entre deux eaux, passant rapidement de moment de joies à d’autres plus glauque, avec des décalages provoqués par exemple par l’apparition du trio Watanabe Mayu, Yokoyama Yui et Iwate Karen qui forment le groupe « Milk planète » et ont le rôle de « conscience » pour Maiko, dont le rêve est de devenir une Idol.

J’ai trouvé assez fun d’avoir aussi associer une ambiance musicale avec un faux air d’Harry Potter et le générique de fin.

Les 12 épisodes se regardent très facilement, malgré une petite faiblesse sur la dernière partie, c’est avec regret qu’on laisse nos héroïnes à la fin.

Lire la suite

Mendol : Ikemen Idol, un drama pour nous les hommes !

Persona

Et bien oui, encore un drama avec des AKB48 sur mon blog (il faut avouer que des drama avec des membres du Hello! Project est une chose plutôt rare :/ )

Ce drama, il m’aura fallut un certain temps pour le regarder, non pas qu’il soit inintéressant mais que la traduction française a mis des mois (années ?) à se finir.

Ma précédente expérience avec la saison 2 de Majisuka Gakuen ayant été plutôt décevante, le constat est vraiment saisissant avec Mendol.

Le drama nous raconte les aventures de 3 Japonaises (interprétée par Kojima Haruna / Takahashi Minami / Minegishi Minami des AKB48 qui forment pour l’occasion une Unit : nob3) qui tentent sans succès de percer en tant qu’Idol.

Osu !

Suite à un concours de circonstances, Elles se retrouver embarquées en plein milieu d’une affaire d’espionnage et pour échapper à leur agresseurs, se déguisent avec des vêtements masculins.

Bien malgré elles, les voici recrutés dans une agence tenue par une manager dont la marotte est d’atteindre le top des charts avec un groupe de femmes grimé en hommes : des Ikemen.

Voila nos 3 protagonistes au sein du groupe « Persona » parti à la conquête de la première place de Music10 (l’émission musicale de TV la plus populaire au Japon dans le drama). Dans le monde « réel » le groupe se nomme no3b / no sleeves.

Le drama joue avec les ficelles que l’ont pourrait imaginer avec des filles habillés en homme : de nombreuses occasions où elles risques de ce faire démasquer, moment de révoltes sur leur conditions de vie …

Version femme c'est bien aussi (no3b / no sleeves)

C’est donc avec plaisir que l’ont suit les 12 épisodes avec de l’humour, de l’émotion, de la joie (c’est trop américain comme série en faites !).

Une petite mention spéciale pour Minegishi Minami que j’ai trouvé parfaite dans son rôle, ainsi que le « coming out » tout au long de l’histoire de Katsuyuki qui est tordant (et Marilyn est bien tordante aussi :fouet:)

Majisuka Gakuen 2 : La montagne accouche d’une souris

Un bahut qui respire la joie de vivre !

L’an dernier, j’avais suivis la première saison de « Majisuka Gakuen » et apprécié, c’était donc avec une certaines joie que je me suis plongé dans la suite …

Alors autant faire plutôt direct, j’ai trouvé le drama frustrant au possible. L’histoire part dans tout les sens et dans des délires improbables, avec une pseudo ligne conductrice (se venger de Maeda, qui est quasi inexistante tout au long du drama), On se demande bien à quoi on tournée les scénaristes pour nous pondre ça.

Contrairement à Mousou Deka qui était déroutant mais de façon assumé, dans ce cas précis ce sont des délires qui essayent de resté dans un « cadre » rationnel. Encore plus que la première saison, la baston est monnaie courante mais contrairement à la précédente, il ne s’agit pas de progresser vers le sommet mais plutôt un choix du cœur (choisie ton camps camarade).

Il reste cependant quelques satisfactions, surtout niveau casting, Force est de constater que depuis l’an dernier, j’ai appris à reconnaitre pas mal de AKB48, de m’intéresser un peu à leur actualités (enfin pas trop non plus faut pas déconner) et à en apprécier quelques unes.

Revoir un peu les « vielles » de la saison était un bon point, avec quelques unes mis plus en avant : Jurina qui est quand même classe (sans léopard), Minami qui surjoue et joue avec le public en se mettant en scène pour le drama, Kumin qui est idiote au possible mais attachante et la « présidente » (Yui) autant dire que je ne la connaissais pas de vue avant et que je ne la connais pas plus maintenant, mais que je l’ai trouvé pas mal !

Au final, c’est un sentiment de gâchis qui ressort après ses 12 épisodes, la base était prometteuse, le résultat n’est clairement pas à la hauteur.

L’attaque de la moussaka géante

Matsui Junina

Et non je ne vous parlerai pas du célèbre film grec (bien barré au passage) mais plutôt du drama des SKE48 (le groupe équivalent au AKB48 mais à Nagoya) : Mousou Deka.

Je ne sais pas pourquoi mais lorsque je lit le titre ce de drama, je pense à ce film à chaque fois, on pourra quand même y trouver quelques point commun.

Le drama est déjà une parodie dans toute ça splendeur, se moquant parfois même en grossissant les traits du genre, et le scenario est complétement barré !

Durant les 12 épisodes de la série, nous allons découvrir Matsui Junina, une des SKE48 les plus connues (en même temps je ne suis pas fan des SKE, donc c’est probablement l’une des rares avec Rena Matsui que je connaisse) utilisant sont « pouvoir » : le Mousou.

Ce « don » lui permet au travers des sentiments des personnes l’entourant, de connaitre la vérité (ou tout du moins d’essayer !)

La voici justement au cœur d’un meurtre mystérieux, perdu au milieu de nul pars, digne des plus grand romand d’Agatha Christie :p

Chaque épisode dure une dizaines de minutes, on appréciera pour le ton décaler et l’humour et quelques moment intense !

Mon Mousou me dit que vous allez aussi le regarder maintenant !

les AKB dans un drama, le retour ! (Sakura kara no Tegami)

L’an passé, je vous avais fait un petit billet sur un drama que j’avais regarder : Majisuka Gakuen.

Une année est passé depuis et mon cas a empiré (oui je sais, je suis moche tout ça … et alors 😮 ), actuellement la saison 2 de Majisuka Gaikuen vient de ce finir, je vous livrerai donc prochainement ma critique mais ce n’est pas de ceci dont je voulais vous parler.

Free Image Hosting at www.ImageShack.usPeu avant mon départ pour le Japon j’avais commencé de regarder le drama « Sakura kara no Tegami » où les rôles sont toujours occupés par des membres des AKB48 (et autres xxx48). Je ne suis donc plus vraiment en terrain inconnue puisque je commence même à connaitre le petit nom de certaines etc …

Essayons de résumer l’histoire sans spolier (forcément après mon magnifique article vous aller vous jeter dessus !).

L’histoire se déroule dans un lycée durant le dernier trimestre, un moment important dans la vie éducative Japonaise puisque c’est à ce moment que se joue l’avenir professionnel de nos jeunes étudiantes.

Free Image Hosting at www.ImageShack.usA la surprise generale, le professeur principale (qui aux yeux de la majorité de la classe est un hurluberlu qui ne pense qu’à sauver le cerisier en ruine dans la cours) donne une lettre à chacune de ses élèves en leur indiquant qu’il s’agit d’un message qui les aidera dans l’objectif de leur sotsugyo (cérémonie de fin d’étude/cycle) et leur annonce qu’a compter de ce jour il ne sera plus leur professeur, un cancer de pancréas lui ayant été diagnostiqué. Il ne lui reste plus que 3 mois a vivre (sortez les mouchoirs).

Le drama va nous permettre de suivre d’un peu plus près la vie de chaque étudiantes, et l’impact de chaque lettres rédiges par le professeur, mais également sur lui même qui était depuis quelques années très renfermé sur lui même suite au départ de sa fille (Maeda Atsuko).

Free Image Hosting at www.ImageShack.usJe ne pouvais évidement pas passer sous silence la somptueuse Acchan qui joue ici un rôle assez modeste puisqu’il est plutôt en fil rouge tout au long du drama sans être le personnage central.

Mais néanmoins, je avouer que pour une fois son jeu est fait sans surenchère et cela lui va à merveille.

Est ce que je dois aussi dire que Yukirin est magnifique ? oui … \o/ (la pauvre j’ai eu mal pour elle parfois ~_~ )

Comme d’habitude, on tombe souvent sur les clichés du drama d’école, mais cela passe à merveille avec des épisodes assez court, ce qui permet de garder un rythme soutenue sans temps mort. On s’attache assez vite à certaines filles qui sont décidément bien meilleures dans les drama qu’en musique (sic).

Le dernier épisode (il y en à 17 au total) fait près d’une heure et sert de dénouement à l’histoire, et une fois n’est pas coutume j’ai encore versé une petite larme 😐

Un drama donc grandement recommandé !

Lien vers DramaWiki

Bienvenue en terre inconnue … chez les AKB48

Si j’avais pensé un jour faire un article sur les AKB48 sur mon blog … enfin treve de bavardage !

J’ai deja parlé ici quelques fois lors de mon voyage au Japon, car je suis passé de nombreuses fois dans le quartier d’Akihabara d’où est issue ce groupe.

Petit résumé pour les nuls :normal:

AKB48 est un groupe féminin de Jpop créé en 2005, à l’effectif changeant, composé à l’origine de quarante-huit jeunes chanteuses-idols réparties en trois équipes de seize membres : Team A, Team K, et Team B. Trois groupes sœurs similaires seront créés: SKE48, SDN48 et NMB48.

AKB48 se produit quasi quotidiennement dans sa propre salle de spectacles à Akihabara, un quartier de Tokyo, et possède de nombreux sous-groupes, sur le modèle du groupe Onyanko Club créé par le même producteur Yasushi Akimoto dans les années 1980, et déjà suivi par Tokyo Performance Doll et CheckiccoMorning Musume et le Hello! Project plus récemment sur un plan national.

 
Mais ce n’est pas vraiment de la partie musicale que je vais parler mais plutot de … Drama.

Les Drama sont pour les Asiatiques l’équivalent de nos séries télévisées (Hélène et les garçons …)

Je n’étais pas un grand fan de ce groupe mais le nombre élevé de bonnes critiques sur le Drama « Majisuka Gakuen » m’ont poussé à le regarder.

La trame de l’histoire n’est pas en elle même d’une extraordinaire originalité,  on pourra même dire qu’elle est très recurrante chez les Japonais.

Maeda Atsuko (elle même !) est une nouvelle élève transférée au Lycée de Majisuka. Avec son allure de première de la classe et sa tête plongé dans ses livres, il est difficile de croire qu’elle porte en elle un terrible passé (Haha suspense) mais on se rendra vite compte que la petite de s’en laisse pas compter et sait se servir de ses poings (et toute autres partie du corps :p). Elle deviendra rapidement la fille à (ab)battre.

Le reste de l’histoire sera une succession de combat suivant le principe une fille / une bande défie Maeda > se fait rétamer méchamment > au suivant !

Vous allez me dire alors pourquoi est ce aussi bien si l’histoire est banale ? et bien oui à ma grande surprise les AKB48 ne sont pas mauvaises comédiennes et certaines dégagent un charisme assez intéressant.

L’histoire de Maeda est également dévoilé de façons assez distillée tout au long du Drama où son personnage évolue petit à petit.

Je vous laisse le soins de regarder la série par vous même.

Nous voici donc avec un excellent Drama, et chose horrible, de quoi devenir fan du coté obscure.

Ça craint …